Durée moyenne d'une transaction immobilière au Québec

Durée moyenne d’une transaction immobilière au Québec

Durée moyenne d’une transaction immobilière au Québec

Avant de pouvoir vous installer dans votre nouvelle maison, de nombreux jours se seront écoulés aux diverses, et nombreuses, étapes d’une transaction immobilière. La durée de l’ensemble du processus est très variable d’une région à l’autre, mais on a assisté en 2017 à un premier recul en 7 ans du délai de vente moyen, qui s’établit désormais à 115 jours, toutes catégories de propriétés confondues.

Les différentes étapes d’une transaction immobilière

De nombreux facteurs peuvent influencer les délais de vente d’une maison, dont le processus se déroule comme suit :

  • la mise en marché (côté vendeur)
  • la recherche d’une résidence à vendre (pour l’acheteur)
  • la négociation
  • le financement
  • la transaction de vente
  • le paiement
  • les éventuels travaux

Avec le réveil important du marché immobilier constaté l’an dernier, les délais de vente se sont raccourcis alors qu’ils avaient tendance à s’allonger depuis plusieurs années. C’était 117 jours en moyenne en 2015, 123 jours en 2016 et 115 jours en 2017. Dans certaines régions ils sont aussi bas qu’une quarantaine de jours seulement.

Les délais de vente observés en moyenne par type de propriété au Québec en 2017 selon Centris (et la baisse moyenne par rapport à un an plus tôt) s’établissent à :

  • 113 jours (-6 jours) pour une unifamiliale
  • 124 jours (-11 jours) pour une copropriété
  • 102 jours (-6 jours) pour une petite propriété à revenus

La recherche d’une propriété est une première étape qui prend aussi désormais moins de temps, notamment grâce aux offres publiées sur internet et parce que l’urgence d’acheter se fait sentir devant les hausses de prix.

La recherche de sa maison dans la transaction immobilière

Cette étape prenait plus de temps avant. Mais, pour l’année 2017, les statistiques sont un peu faussées. En effet, les changements apportés dans les règles hypothécaires ont poussé les acheteurs à se décider plus vite avant l’application des modifications. Les hausse des taux ont aussi influencé les décisions d’achat précoces.

Toutefois, la technologie et le succès des sites de vente sans agent ont raccourci les délais de recherche d’une propriété. De plus en plus de particuliers consultent les annonces parues sur le web où figurent photos de qualité et description complète.

L’acheteur est, en règle générale, aujourd’hui plus informé, mieux averti, protégé par les règles de simulation de crise des institutions financières et le Fonds de garantie des courtiers.

S’il est difficile d’évaluer et de faire une moyenne du délai de consultation du marché par les acheteurs avant de se décider pour un bien immobilier, nul doute que c’est une étape qui demande réflexion.

L’étape de la négociation dans une transaction immobilière

Il en est de même pour la négociation, qui demande de bien y réfléchir. En faisant appel à un courtier, celui-ci se chargera de négocier. Mais un quart du marché immobilier québecois est occupé par des particuliers qui ont décidé de se passer de courtiers. Avec nombre de conseils disponibles en ligne ils sont de mieux en mieux armés pour mener à bien une négociation.

Là aussi, c’est une étape qui peut prendre beaucoup de temps, ou très peu, et dont le temps moyen est difficile à estimer. La province est plutôt de nos jours dans un marché où les offres se sont resserrées dans plusieurs régions, ce qui fait que les acheteurs consacreront moins de temps aux négociations et auront tendance à acheter plus rapidement, comme le montrent les chiffres des délais de vente qui raccourcissent.

La baisse de l’offre accuse 9 % pour 2017, alors que les prix ont progressé de 3 % en moyenne pour les copropriétés et de 5 % pour les unifamiliales qui se font plus rares. Les vendeurs sont donc en position de force : c’est ce qu’on appelle un marché de vendeurs. Seul signe de stabilité sur ce marché, celui des copropriétés à Montréal qui s’est équilibré.

Le processus de vente dans une transaction immobilière

Les étapes du processus de vente immobilière peuvent se résumer ainsi :

  • réception des offres d’achat
  • rédaction d’une contre-offre
  • examen des conditions de l’acheteur
  • déclaration du vendeur
  • documents officiels requis pour la vente

Des délais légaux sont octroyés à ces différentes étapes. D’autres concerneront par exemple :

  • le délai d’acceptation du vendeur (de 24h à 72h)
  • le délai accordé à l’acheteur afin de fournir une preuve de financement, de se déclarer satisfait des différents documents exigés et de faire inspecter la propriété par un professionnel (généralement 3 à 10 jours)

L’étape du financement dans une transaction immobilière

Si ce délai peut être dilué parmi d’autres, comme par exemple durant le temps pris par le vendeur pour répondre à une offre ou pour réunir les documents, c’est pour l’acheteur une étape à ne pas négliger. Le délai dépendra notamment s’il y a déjà eu pré-approbation ou non et une offre d’achat sera toujours conditionnelle à l’obtention du financement.

Si le prêteur est satisfait, que vos finances et la propriété respectent leurs critères, ils approuveront votre prêt hypothécaire en moins d’une journée. Un prêteur privé (ou une compagnie de fiducie) peut également approuver votre dossier rapidement, entre 1 à 3 jours généralement.

Ce n’est donc pas tant le délai d’approbation qu’il faut considérer, mais le temps mis à réunir toutes les informations demandées sans oublier de contrôler votre dossier de crédit.

Les délais de paiement dans une transaction immobilière

Tout est prêt, c’est le moment de payer et, là aussi, il faut prévoir quelques délais.

Selon que le montant versé provienne d’un chèque, d’une transaction électronique interbancaire nationale ou internationale, ou encore d’une traite bancaire, les délais de traitement peuvent plus ou moins s’allonger.

De l’avis de la Chambre des notaires du Québec, les courtiers doivent généralement prévoir, entre les dates de signatures de l’acte de vente des diverses transactions, un délai minimal de 10 jours ouvrables compte tenu des délais occasionnés par le système de compensation des effets bancaires au Canada.

En conclusion, selon que vous soyez acheteur ou vendeur, les délais à prévoir ne seront pas vécus de façon similaire. Toutefois, la période est plutôt propice à des transactions immobilières accélérées dans toute la province. Une dernière inconnue peut encore venir changer la donne : les taux vont-ils encore grimper et quand ?

Les commentaires ont été fermés.