marché immobilier à Montréal en 2018

État des lieux du marché immobilier à Montréal en 2018

État des lieux du marché immobilier à Montréal en 2018

Dans un marché qui profite de plus en plus aux vendeurs, surtout pour les unifamiliales, c’est pourtant d’excellents résultats de santé qu’affichait le marché immobilier à Montréal fin 2017. Plusieurs facteurs mènent à cette conclusion et la tendance à un bilan de santé positif semble déjà s’amorcer pour l’année 2018 avec de bonnes perspectives à tous les niveaux.

Bilan du marché immobilier à Montréal en 2017

Le marché immobilier à Montréal a réjoui tous les acteurs du secteur en 2017. Plus généralement, l’ensemble de la province a le sourire tandis que le marché plus large dans l’ensemble du Canada a connu un mauvais départ des ventes résidentielles en janvier 2018, selon l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

Le marché de l’immobilier de luxe a été particulièrement foisonnant à Montréal en 2017 avec + 25 % des ventes ayant concerné des biens de plus de 500 000 $ sur l’Île et 51 % des ventes (plus de la moitié!) sur la Rive-Nord et dans Vaudreuil-Soulanges.

Certains veulent y voir une année record (la deuxième de l’histoire et la meilleure depuis 2007) et la tendance se poursuit encore. Par ailleurs, avec un taux d’inoccupation des logements qui s’établit à 2,8 %, Montréal a retrouvé un certain équilibre.

En revanche, le nombre de propriétés en vente a globalement diminué et cette situation tendue profite aux vendeurs.

Comparaison avec le marché immobilier de la ville de Québec

La situation est légèrement différente à Québec où pourtant le marché de l’emploi est au beau fixe. Les tendances d’un mois sur l’autre ou d’une année sur l’autre ont du mal à se dessiner. De plus, les disparités sont encore plus fortes selon les quartiers qu’à Montréal.

C’est aussi dans la qualité de l’offre que se trouvent de grandes disparités à Québec, avec par exemple « le condo le plus prestigieux du Québec », comparatif montreal et québecselon les promoteurs, en vente à 3 millions $ ou une maison à 4,2 millions $. Étonnant pour un marché restreint qui n’est pas particulièrement friand de grand luxe.

D’ailleurs, les prix des condos ont baissé en 2017 à Québec. D’autre part, le nombre d’avis de défaut de paiement envoyés aux propriétaires a augmenté de 5 % dans la Capitale-Nationale alors que, dans la province, on constate plutôt une diminution moyenne de 12 %.

Prévisions du marché immobilier à Montréal en 2018

De records en records, c’est un peu le résumé des tendances pour le marché immobilier à Montréal en 2018 ! Tous les fournisseurs d’indicateurs sont unanimes et se frottent les mains. Ils sont nettement moins optimistes pour l’ensemble du pays, ce qui place Montréal dans le feu des projecteurs.

Ottawa ne semble pas vouloir plus resserrer les règles d’accession à l’hypothèque pour le moment et la Banque Nationale est demeurée raisonnable dans la hausse de son taux directeur, resté inchangé à 1% en fin d’année (mais pour combien de temps encore ?).immobilier à Montréal - bilan positif en 2018

Les copropriétés sont particulièrement scrutées sur le marché du Grand Montréal avec la plus forte augmentation de l’année au quatrième trimestre à 21,7 %. Les appartements en copropriété qui ont enregistré les ventes les plus importantes, avec des hausses respectives de 40,8 % et de 31 %, se sont échangés sur la Rive-Nord de Montréal et à Laval. Cette tendance devrait encore durer.

L’offre globale devrait continuer à se résorber et à faire pression sur les prix, alors vendez ! Vous aurez toutes les chances de rencontrer des acheteurs assoiffés.

Des prix en hausse mais sous contrôle sur le marché immobilier de Montréal

Dans une perspective haussière des taux, les demandes pourraient légèrement ralentir ce qui est un gage de stabilité des prix (ou du moins de non emballement des prix). De plus, Montréal n’est ni Toronto ni Vancouver. Les spéculateurs s’y intéressent encore assez peu.

L’augmentation des prix en un an, d’après la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM), a atteint en janvier + 3 % pour les copropriétés, + 6 % pour les unifamiliales et + 10 % pour les plex.

La SCHL (Société Canadienne d’Hypothèque et de Logement) pense que la hausse des prix se poursuivra jusqu’en 2019, avec une augmentation prévue entre 13 % et 25 % dans le Grand Montréal.

Les facteurs qui favorisent la bonne santé du marché immobilier à Montréal

C’est devenu une rengaine, le taux de chômage n’a jamais été aussi bas au Québec depuis les premières statistiques disponibles de 1976 : 5,4% en novembre 2017 selon les données publiées par Statistique Canada. Cet afflux d’actifs dans un marché en santé favorise les achats immobiliers, même si les immigrants se tournent vers la location durant leurs deux premières années de séjour.

Les promoteurs, eux, mettent les bouchées doubles. Ce sont surtout les copropriétés qui ont connu un bon des mises en chantier par rapport à 2016 : + 26 % ! Dans l’ensemble du marché, les mises en chantier n’ont affiché que 2% de hausse, selon la SCHL. D’après les spécialistes du secteur, les nouvelles règles hypothécaires obligeraient les acheteurs à se tourner vers les copropriétés plutôt que vers des biens au-dessus de leurs moyens.

La tendance se poursuivra notamment grâce aux chantiers du REM, du pont Champlain et de Turcot qui assurent à eux seuls une importante arrivée de main d’œuvre qualifiée. Avec les grands chantiers suivent les grands projets. Les nouvelles infrastructures performantes attirent les investisseurs.

D’ailleurs, les chiffres les plus récents de la CIGM indiquent en janvier 2018 une augmentation de 13 % des ventes résidentielles (dont + 19 % pour les copropriétés, + 15 % pour les plex de 2 à 5 logements et + 10 % pour les unifamiliales) par rapport à la même période l’an dernier. C’est ainsi le meilleur mois de janvier depuis 8 ans, un mois durant lequel le marché est d’habitude en sommeil. Les six principaux secteurs géographiques de la RMR de Montréal en ont profité.

Bref, avec des perspectives d’un marché immobilier 2018 plutôt bonnes à Montréal, la période semble encore propice pour aller prospecter et dénicher la maison de vos rêves (en vous armant de patience). Si au contraire vous mettez en vente cette année, vous serez sur un marché particulièrement favorable.

Les commentaires ont été fermés.