Acheter une maison avec un mauvais crédit : est-ce possible ?

Acheter une maison avec un mauvais crédit : est-ce possible ?

Acheter une maison avec un mauvais crédit : est-ce possible ?

Vous souhaitez devenir propriétaire et acheter une maison avec un mauvais crédit ? Attention au risque de déception : si les mauvais crédits représentent en moyenne 5 à 7% des emprunteurs des banques traditionnelles, ce n’est pas pour autant que tout est joué. Il existe d’autres solutions pour acheter une maison, malgré une situation désavantageuse, à première vue. On vous donne quelques explications.

Les effets d’un mauvais crédit : un frein à l’accès à la propriété ?

En général, si votre dossier de crédit n’est pas bon, aucune banque n’acceptera de vous prêter de l’argent pour votre projet immobilier. Concrètement, ça se décide comment ?

Plusieurs situations vous amènent à ne pas bénéficier d’un bon dossier de crédit :

  • Une situation financière délicate : revenus non réguliers (attention aux travailleurs autonomes ne pouvant justifier d’une rentrée d’argent stable), autres crédits en cours
  • Une ancienne ou faillite en cours
  • Des personnes et des frais à charge trop conséquents
  • Un historique de demandes de prêts déjà refusées

En somme, il s’agit de baser leur analyse sur :

  • Vos revenus, votre solvabilité
  • Votre réputation, votre passif

Une fois un mauvais crédit accordé, difficile de s’en débarrasser. Pourtant, un bon crédit est une des conditions pour obtenir un prêt hypothécaire pour un achat immobilier. Face à cela, il existe plusieurs solutions à votre problème.

Les solutions pour acheter malgré un mauvais crédit

Il est d’abord important de savoir si votre mauvais crédit est dû à votre situation actuelle, à une situation passée, ou s’il est contournable. Ainsi, trois solutions principales s’offrent à vous en cas de mauvais crédit et de refus de la part des banques. Il est également possible d’acheter une maison sans mise de fonds, on vous l’explique ici.

Contactez des prêteurs privés

Ce qui déterminant, auprès des institutions financières, c’est ce que l’on appelle votre « cote de crédit », c’est-à-dire le rapport entre votre situation financière et le risque que prend ladite institution à vous faire confiance. Par conséquent, un « non » est souvent définitif, car une remontée de cote est longue en besogne.

Ainsi, avoir recours à des prêteurs privés peut avoir plusieurs avantages :

  • Ils prennent en compte d’autres facteurs situationnels avant de se prononcer
  • Ils sont plus souples que les institutions financières, réputées rigides
  • Ils vous laissent gagner du temps et vous permettent, malgré tout, de remonter votre cote

Même chose dans des centres hypothécaires, où travaillent des courtiers rompus à l’exercice du calcul de la cote de crédit. Comment procéder ? Prenez un rendez-vous avec l’un de ces organismes, et amenez votre bilan de situation. Après étude de votre dossier, les personnes vous proposeront des solutions sur-mesure en fonction de votre projet :

  • Prêt partiel à taux intéressant
  • Négociation de votre demande auprès des institutions
  • Rassemblement de vos dettes sous un même taux d’intérêt

Cela doit cependant constituer une solution temporaire, ne dépassant pas deux ans.

Mobilisez votre entourage

Parler d’argent en famille, c’est parfois compliqué. Mais c’est toujours mieux que de payer des honoraires, des commissions et des taux d’intérêt, n’est-ce pas ? Il s’agit certes d’un don, mais qui peut être présenté de différentes manières :

  • Dans le cas d’une relation parents-enfants, comme une avance sur héritage
  • Dans les autres cas, comme un investissement de confiance mutuelle

Vous êtes, dans ce cas, libre de rembourser à votre rythme.

Optez pour un contrat location – achat

Si votre crédit n’est pas suffisant pour la banque, elle peut tout de même vous proposer un contrat location – achat. En effet, il s’agit, pendant que vous êtes locataire, de payer des mensualités vous permettant d’accéder progressivement à la propriété.

Cela s’accompagne d’un contrat où les parties s’engagent mutuellement, avec la délimitation des délais maximum, du montant de dépôt de garantie ou encore, de l’obligation ou non d’acquérir le bien à l’issue du contrat. C’est donc une opportunité pour mettre de l’argent de côté et redorer sa cote avant de retenter sa chance, deux ou trois ans plus tard.

En définitive, des solutions existent malgré tout pour acheter avec un mauvais crédit. Il faut cependant s’armer de patience et redoubler de vigilance : évitez les mauvais investissements ! Pour cela, renseignez-vous et interrogez des personnes ayant vécu la même situation. Pour obtenir des conseils, tournez-vous vers les sociétés spécialisées.

Les commentaires ont été fermés.